Etudier à l’étranger

Les Universités et les Grandes Écoles d’Enseignement Supérieur adoptent de plus en plus souvent la mobilité internationale et les interconnexions mondiales pour le plus grand bénéfice de leurs étudiants.

L’école IEJ ne déroge pas à cette règle: Votre institut de journalisme offre à ses étudiants la possibilité d’étudier le journalisme à l’étranger. Ainsi, ils peuvent quitter la France pour un semestre ou une année complète pour poursuivre leur étude de journalisme à l’étranger. Cela a été rendu possible grâce à des partenariats variés et un programme de mobilité interne.

Partir étudier à l’étranger permet de grandir en tant que personne et peut représenter un avantage concurrentiel pour travailler en France dans les différents métiers du journalisme.

Pourquoi partir étudier à l’étranger?

Tout d’abord, l’étudiant est en contact avec une culture étrangère et peut se nourrir de cette culture durant sa formation en école de journalisme. L’étudiant en journalisme s’ouvre à de nouveaux horizons ainsi qu’à de nouvelles problématiques de vie.

Poursuivre ses études de journalisme à l’étranger c’est également l’intégration de nouvelles techniques professionnelles et de méthodes de travail inédites. En effet, cette ouverture permet de confronter sa base acquise et de la compléter de façon originale.

Plus important, partir étudier à l’étranger c’est l’opportunité d’apprendre à maîtriser une nouvelle langue et notamment l’anglais ce qui est essentiel dans les différentes professions du journalisme par exemple journaliste web, journaliste sportif, grand reporter).

Booster son employabilité

Etudier à l’étranger, c’est principalement booster son employabilité par différents mécanismes. Cela confère aux étudiants des capacités d’adaptation à des environnements totalement nouveaux possédant la barrière de la langue. L’employabilité est aussi boostée par l’élargissement à l’international de son réseau professionnel. Développer son réseau dans ce milieu est une facette importante du métier qu’il est possible de mettre en oeuvre de manière plus effective une fois à l’étranger.

Pour finir, en cas de retours en France, les recruteurs valorisent beaucoup les différentes expériences à l’étranger qu’ils retrouvent dans les Cvs. Partir étudier à l’étranger est un événement qui est apprécié par les différents recruteurs du milieu du journalisme.

Pour profiter de ce programme de mobilité interne et continuer ses études de journalisme à l’étranger c’est assez simple. Un simple transfert de dossier est nécessaire notamment vers ECS Londres. En revanche pour étudier à l’étranger et suivre un cursus au sein d’une école ou d’une université partenaire, il faut entreprendre un processus nécessitant davantage de démarches.

Partir à l’étranger un choix difficile?

Dans tous les cas, le choix de suivre une partie de sa scolarité à l’étranger est un lourd investissement personnel :

  • Apprentissage de la langue à un niveau permettant de suivre les cours
  • Adaptation à un système d’enseignement différent
  • Capacité à nouer des relations avec des étudiants d’autres cultures
  • Des frais non négligeables que les bourses d’études ne couvrent en général que très partiellement
  • Des décalages entre les programmes qui  peuvent contraindre l’étudiant à adapter sa formation et affecter parfois les acquis et l’examen final. Une prolongation du cursus et des compléments de cours sont alors nécessaires pour l’obtention du titre.

 La Mobilité au sein des écoles duGroupe MediaSchool

Des passerelles et admissions parallèles sont possibles entre les écoles du groupe et entre ses différentes dominantes : Communication, Journalisme, Production Audiovisuelle et Métiers du digital. Le réseau MediaSchool Group est composé de :

Mobilité possible dès la fin de la 1ère année (sauf ECS Barcelona accessible  à partir de la 2ème année et l’ECS London accessible à partir de la 3ème année).

Tarif :

Droit de scolarité annuel variable selon la destination à régler dans l’école de destination. Les cursus proposés, la pédagogie et la nature des stages et des contrats de professionnalisation peuvent varier en fonction des spécificités régionales.

Pour toute information complémentaire, contacter l’IEJ ! 

JE M'INSCRIS ! >